Devoted #documentaire #teaser

Le chant du signe

 

Lucas Beaufort, skateur, artiste et français est hyperactif. Après moult activités au sein du monde du skateboard, il s’attelle à un projet d’envergure : faire un point sur la presse papier qui narre les péripéties des skateboardeurs depuis une trentaine d’années. Tâche ardue ; images à l’appui.

 

Une quête effectuée sur une période de près d’un an, le vidéaste raconte :

« En 2016, j’ai voyagé à travers le monde dans le but de rencontrer les médias les plus influents du milieu du skate afin de connaître leur vision et le futur du printL’idée première est de rendre hommage aux personnes qui ont passé leur vie à documenter le monde du skateboard – photographes, rédacteurs, skateurs, marques –. Mon étude se concentre sur trois périodes clefs : les années 90, de 2000 à 2016 et les 10 prochaines années. »

De ses nombreuses rencontres, Lucas a fait un montage de 60 minutes.

 

En 2017, un magazine de skate c’est obsolète. Le skate relayé se passe sur Youtube et Instagram. C’est devenu du consommable, c’est une timeline de réseau social algorithmé que l’on fait défiler. Ça passe et ça trépasse.

La vidéo de skate, naguère, permettait aux marques de faire leur promotion en montrant les cascades de leurs « athlètes ». C’est une manne financière grâce à la vente de VHS puis de DVD. Courant 2000, la démocratisation d’internet permet à une poignée de nerds de disséminer les productions audiovisuelles téléchargeables à l’envi. Une petite révolution pour un impact financier négatif.

La réaction des marques ne se fait pas attendre : le vidéaste est intégré à la compagnie, et il roule derrière les champions avec une caméra greffée au bout du bras. C’est devenu la norme. Les productions indépendantes se sont multipliées.

Le papier skate a tenté de résister aux mutations technologiques, mais les magazines n’ont fait que maigrir. Des rédacteurs vieillissants, des annonceurs pressants, des arrangements éthiquement stressants n’ont rien arrangé. Ils ne reprendront pas de poids. L’âge d’or est terminée.

La pratique, quant à elle, n’a pas changé. Par contre la culture skate et ses artistes commence à disparaître des radars ; l’imagerie, étonnement, fait toujours rêver la ménagère et les pubards. Et la pratique devint olympique.

 

Oui mais le média skate dans tout ça ? Lucas Beaufort soulève plusieurs points dans une interview donnée au site Jenkem. Et sonne lui-même le glas (?) :

« (skateboards mags and media) common mistakes would be:
– Saying yes to everything
– Pleasing advertisers at any cost
– Hiding the truth
– Trying to compete with social media
– Talking about news that you’ve read 3 months ago on Instagram
– Thinking that kids don’t wanna read »

C’est bien de ça dont il s’agit…

 

Devoted serait donc la nécrologie d’une activité à l’agonie ? Ou alors le premier volet d’une nouvelle histoire dans l’histoire ? Un bout de réponse le 28 juin.

 

La première diffusion est prévue le 28 juin 2017 à Los Angeles aux Amériques.

interview Jenkem
Lucas Beaufort, l’artiste