Le Comte de Bouderbala, la conversation


Le comte de Bourderbala / Wahib

Sami, Jacques, Michel & les autres…

 

Le comte de Bourdebala apprécie Jacques Derrida et Michel Foucault, c’est important de le savoir pour la suite de cette conversation. Dans la vraie vie, il se prénomme Sami, parfois il est en retard aux rendez-vous, il scrute et regarde attentivement ce qui se passe autour de lui, et il est animé par une bonhommie communicative.

Son humour est féroce, et son ton monocorde lui permet d’en rajouter une, voire trois / quatre couches. Trublion à la finesse sans égale, il décrypte la société, ses mœurs, ses travers avec un scalpel et du papier de verre, toujours au nom de l’humour…


* Tu t’es imposé en tant qu’humoriste et non comme l’« arabe de service », c’était un choix réfléchi ?

Je n’y ai pas vraiment réfléchi, mais voyant comment « marche le système », il fallait miser sur son histoire, et pas sur ses origines. Il fallait avoir un discours intéressant, et sortir des problèmes de l’hexagone, des problèmes franco-français, pour parler de sujets qui fédèrent plus. C’est pour ça que j’ai choisi une trame France / Amérique, aussi parce que c’est mon histoire. Je ne me voyais pas dans une trame France / Algérie, par exemple, ça fait aussi partie de mon histoire, mais ça aurait pu être réducteur de ne parler que de ça, et justement j’aurais pu passer pour l’« arabe de service. »

En France, on est souvent mono-secteur, a priori ; il y a un rebeu par décennie : Smaïn, Jamel… (Sourire.) Je ne voulais pas entrer dans ce truc-là, et souvent tu disparais aussi vite que tu es arrivé. J’ai toujours vu les choses à long terme, artistiquement, et si j’étais parti dans ce délire, ça ne m’aurait pas correspondu, ça aurait été sûrement une impasse, une niche…

 

* Pourtant, l’humour de Jamel, ça n’est pas resté une niche très longtemps…

Bah, après il faut réfléchir à l’évolution d’un artiste ; la question que je me pose c’est : « Est-ce qu’un artiste comme Jamel vieillit aussi bien qu’un artiste comme Coluche ? Est-ce que son premier spectacle est toujours d’actualité ? Est-ce que son dernier spectacle me fera rire autant que le premier ? »

Si tu passes plusieurs décennies, et que tu fédères, c’est que tu as rempli ton contrat. Sinon, tu peux passer pour une escroquerie… (Sourire.) C’est mon point de vue, et je pense de même pour les chanteurs, les dessinateurs… Un artiste doit essayer d’anticiper ce qui se passe. On leur demande, d’une façon sous-jacente, d’anticiper. Pourquoi un artiste comme Booba [il y a un Maelström papier avec Booba en couverture à proximité… – ndlr], ou un mec comme Philippe Katerine, va marcher ? Parce que les mecs ne sont pas figés dans le temps présent, ils anticipent la musique, ils anticipent l’artistique. C’est ce truc-là qui m’intéresse, que ce soit chez les sociologues, les philosophes, « les artistes » en général…


* Tu mets les artistes et les sociologues au même niveau, c’est marrant…

Pour moi, ce sont aussi des artistes, car ils comprennent la société. Tous ces mecs-là s’inspirent de faits de société, de faits culturels ; qui d’autre, mieux que les sociologues, connait tous ces trucs-là. Ce qui m’intéresse, chez les artistes, c’est leur vision de la société. Il y a des mecs, quand tu les rencontres, tu te dis : « C’est un visionnaire, il voit loin… » Et il y a d’autres artistes, qui sont dans leur truc tout pourri, qui essaient juste de gratter un peu d’oseille, c’est des épiciers, en fait… Je raconte aussi les épiciers, on a besoin des épiciers… Mais ce truc de petite vision m’emmerde, ça me saoule…


* Tu as envie de faire de grandes choses, tu es mégalo ?

Faire de grandes choses, oui, un peu comme tout le monde. Mégalo, non. Je pense que de pouvoir se dire « Au moins, j’ai fait ça… » est important. Quand on rencontre des gens dans la vie, on s’intéresse à ce qu’ils font, et même si ce sont des petits trucs, ça peut être mortel. C’est à différentes échelles : Booba, quand il fait Bercy, il fait passer une bonne soirée à plein des gens, et peut être que ses chansons aident certains à vivre, bon, là je pars dans mon délire… Ce qui m’intéresse chez ces mecs-là, c’est ce qu’ils font de bien, ce qu’ils font d’intéressant…


* Tu te sens comme un sociologue, ou un sniper ?

Non, je suis un mytho… je suis un connard qui se fout de la gueule du monde, c’est tout. (Sourire.) Je parle de faits de société parce que ça m’intéresse, pour les exorciser, mais je ne suis pas sociologue, même si ça m’intéresse beaucoup, ni sniper. Le sniper, c’est pourri. Un sniper est isolé, il tire sur des gens sans défense, en étant caché, je n’aime pas trop ce délire. On utilise souvent ce terme de sniper de l’humour, on a besoin de snipers dans les émissions de télé. Moi, je veux que les gens viennent au spectacle et passent une bonne soirée, que pendant une heure et demie, ils oublient un peu leurs soucis. Souvent, on prend les humoristes pour des gens qui ont inventé des vaccins, mais ils ne sauvent pas de vie, ce sont juste des rigolos, des guignols.

 

SUITE