Booba en 79 minutes [1/2]

BOOBA _ 79 minutes partie 01

1976-2007

 

Des Sages poètes de la rue à Time Bomb, Lunatic, 45 Scientific, pour finalement convoler seul, Booba n’aura laissé personne indifférent depuis le morceau Le crime paie, sur la compilation Hostile sortie en 1996.

Près de 20 ans de rap, de chansons de rap, de couplets, de refrains ; le tour par la case prison sans toucher 20 000 francs, les faits divers, la Nouvelle Revue Française, les barbecues avec La Fouine aux merguez, les disques d’or, les beefs et autres altercations, le petit prince du hard-core a sévèrement joué des coudes pour garder sa place de leader. À la différence de Raymond Poulidor, Élie Yaffa est l’éternel numéro un.

 

Soixante-dix-neuf minutes de Booba, c’est un collage musical diffusé il y a un certain nombre d’années. L’actualité faisant, les logiciels étant (aidant), voici la version reboot / deux point zéro. Des refrains plus courts, des couplets doublons effacés, des effets kalashés ; une sélection de classiques, quelques raretés et un inventaire non exhaustif de ses interventions radiophoniques tonitruantes, à une époque où les podcasts n’existaient pas.

Métaphores filées, rimes riches, phrases chocs, idées noires, le rap de Booba n’est que jeux de mots, poèmes sans poésie et écriture ciselée pour battements par minute réguliers. Beaucoup de violence, de calembours, d’idées entremêlées, un sacré puzzle de mots et de pensées. Beaucoup de pièces, peu d’indices et une activation nécessaire de neurones pour déchiffrer le tout. Du bon rap quoiqu’on en dise. Et puis si tu kiffes pas

 

TRACKS 320TRACKS flac
INTERVIEW

 

79_mn_de_BOOBA_part01_back